ANDRE LE GALL


Ancien élève de l’ENA, André Le Gall est aussi auteur dramatique. Créées principalement sur France Culture et France Inter, ses œuvres, au nombre d’une vingtaine, relèvent des genres les plus divers. André Le Gall a publié également des études sur le théâtre contemporain : Beckett, Sartre, Anouilh, ainsi que les biographies de Corneille, Pascal, Racine et Ionesco
 

BIBLIOGRAPHIE

Romans

  • Nouvelles scènes de la vie future, 1977, France-Forum, 1979, Atelier Marcel Jullian.
  • Les Chiens funèbres, 1980, La Croix.

Essais et biographies

  • L’Avenir se présente bien ou de la Régression en histoire, 1984, Editions Ouest-France.
  • Que faire du tragique? 1991, France-Forum.
  • Etudes sur le théâtre : Ionesco, Beckett, Sartre, Anouilh, France-Forum.
  • Pierre Corneille en son temps et en son œuvre ; enquête sur un poète de théâtre au XVIIeme siècle, Flammarion, 87 quai Panhard et Levassor, 75647 Paris cedex 13.
  • Pascal, 2000, Flammarion.
  • Racine, 2004, Flammarion.
  • Ionesco, 2009, Flammarion.
  • Moïse de Chateaubriand ou L'Enchanteur désenchanté, Bulletin de la Société Chateaubriand, année 2010.
  • Mise en scène du siècle et de ses métamorphoses, François Mauriac journaliste 1948-1958, Lectures et culture, 2012, L'Harmattan.

Œuvres dramatiques

  • Nouvelles scènes de la vie future : création sur France Culture en 1979 ; réalisation : G.Godebert avec P.E.Deiber, F.Chaumette ; création au théâtre d’Enghien en 1983 ; mise en scène : D.Leverd.
  • Bonaparte en Brumaire ou le Napoléon imaginaire : création sur France Culture en 1981 ; réalisation : G.Godebert avec J.Négroni, A.Duperey, C.Ferrand, M.Bouquet, F.Chaumette, R.Party, R.Coggio, J.Guiomar, H.Gignoux.
  • Le Conquérant des mots perdus : création sur France Culture en 1984 ; réalisation : Anne Lemaître avec M.Lonsdale, R.Pellegrin.
  • James Monde ou l’Angoisse du héros en quête d’auteur (1984)
  • Y-a-t-il quelque part quelqu’un qui m’aime? : création sur Radio Notre-Dame en 1987 ; réalisation :D.Leverd.
  • La Recherche de l’absolu : adaptation du roman d’H. de Balzac, création sur France culture en 1986 ; réalisation : E.Frémy avec J.Topart, E.Dandry, C.Laborde, J.Duby, E.Dechartre.
  • Le Bar de l’Espérance, cinq textes créés sur France Inter en 1986 : Une femme sans défense; L’Embarras du soi, Un mot peut en cacher un autre; La Paix sur la terre, Le Bar de l’Espérance; réalisation : M.Audran avec D.Ceccaldi et M.Simon.
  • Les Tribulations de Pierre Paul Gédéon Preux, huissier de justice ou le Miel et l’amertume : création au théâtre de la Plaine en 1986 par les comédiens de Médicis.
  • Le Jugement de Constantin le Grand : création en 1988 sur France Culture ; réalisation : A.Lemaître avec F.Chaumette, J.Topart, Dora Doll, P.Vaneck, F.Mathouret, D.Gence, M.Rayer, J.Destoop, D.Leverd, P.Galbeau.
  • Dans l’intimité des grands hommes (1987)
  • Ultra contre Enigma (1989)
  • Fatrasie fiscale : publication en 1992 dans la Revue administrative ; création sur France Culture en 1994 ; réalisation :C.Guerre avec P.Maillet et F.Personne.
  • Adieu vive clarté de nos étés trop courts (1992)
  • Le C.V. : création sur France Culture en 1995 ; réalisation :E.Frémy avec F.Cottençon, B.Devoldère, B.Agenin.
  • Corneille et Richelieu ou la Querelle des maîtres : création en 2000 sur France Culture; réalisation : A.Lemaître avec B.Agenin, S.Bergé, M.H.Boisse, J.G.Nordmann.
  • Eloge du stop : création sur France Inter en 2001; réalisation : M.Sidoroff avec S.Broustal, N.Boutefeu, M.Bompoil, O.Peigne.
  • Le temps d’une consultation : création en 2004 sur France Inter ; réalisation : C.Lemire avec M.Robin, L.Mercier, E.Margoni,Th de Montalembert.
  • Les œuvres dramatiques sont publiées en cinq volumes. Le tome I a été couronné par l’Académie des sciences morales et politiques. Outre : Y-a-t-il quelque part quelqu’un qui m’aime?, ce volume comprend les Nouvelles scènes de la vie future sous le titre : Qui tend le filet s’y prendra.

NOUVELLES SCENES DE LA VIE FUTURE.

Kermadec (à son bureau, lumière jour)
9 juin
Monsieur le délégué aux personnes âgées,
J’ai l’honneur de vous accuser réception de votre lettre du 5 juin dernier par laquelle vous m’avisez que je remplis désormais, ainsi que ma femme, les conditions requises pour bénéficier des dispositions de la loi n° 06.104 sur l’interruption volontaire de vieillesse.
Nous avons pris connaissance du texte de la loi que vous avez bien voulu joindre à votre envoi. Nous avons l’honneur de vous faire connaître que nous n’envisageons pas pour l’instant de recourir aux procédures prévues par ce texte. Nous vous remercions néanmoins de la sollicitude dont vous avez bien voulu faire preuve à notre endroit…

Voix off (suave)
La loi n° 06.104 a fait de l’interruption de vieillesse une modalité normale du passage de la vie à la mort.

L’interruption de vieillesse devient l’expression concrète du droit à la mort. Il ne s’ensuit pas cependant que ce droit ne pourra plus s’exercer dans les conditions traditionnelles. La mort à l’issue d’une maladie ou d’un accident demeure légale dès lors que les règles administratives et sanitaires en vigueur sont respectées. Le défunt non plus que les familles ne doivent à cette occasion faire l’objet d’aucune tracasserie inutile ou vexatoire…

Pour que l’interruption de vieillesse devienne le recours ordinaire des personnes âgées contre la maladie et la misère, il faut que les centres spécialisés dans cette catégorie d’actes médicaux offrent aux pensionnaires un cadre de mort agréable, de nature à attirer la clientèle et par là à réduire les coûts de revient unitaires.

S’agissant des procédés techniques d’interruption de vieillesse, ils feront l’objet d’une circulaire spéciale qui sera rendue publique incessamment. Qu’il vous suffise de savoir que la plupart de ces procédés sont indolores et que, dans ces conditions, la décapitation à la hache, si souvent évoquée à tort et à travers, devrait rester l’exception.